L’immobilier français

L’immobilier français

Après avoir longtemps fait figure d’exception le marché de  l’immobilier en France connait aussi  de nombreuses difficultés. Les dernières décennies avaient été marquées par une envolée du prix de la pierre mais la tendance s’inverse maintenant et on assiste plutôt à l’effondrement des prix.

Les tendances 2014 du marché de l’immobilier en France

Le marché immobilier en France est pris entre facteurs négatifs et positifs. Les difficultés économiques, le taux de chômage élevé, les dispositions fiscales et la surévaluation des biens tirent la demande vers le bas. Depuis 2012, la réglementation en vigueur a beaucoup changé, suppression du prêt à taux zéro, réduction des avantages fiscaux du dispositif Scellier et le nouveau dispositif Duflot, allongement de la durée de détention nécessaire, de 15 à 30 ans pour être exempté d’impôt sur les plus-values de cession pour les biens locatifs ou les résidences secondaires. Ces mesures qui visent à fluidifier le marché de l’immobilier en France et par conséquent à faire baisser les prix, pourraient ne pas produire les effets escomptés. Bien sûr, selon France immobilier, le nombre de biens mis à la vente devrait augmenter mais ces dispositifs sont jugés trop compliqués par les particuliers et ne provoqueraient pas l’électro choc attendu sur le marché.

Les évolutions des prix suivis attentivement par Crédit immobilier de France

Le niveau des taux de crédit est le facteur clé quant à l’évolution des prix immobiliers. Sur l’ensemble de l’année 2014, l’ampleur de variation devrait être relativement limitée et par conséquent les prix de l’immobilier dans l’ancien devraient  aussi connaitre une augmentation limitée. Dans un contexte économique plutôt morose, les acquéreurs se montrent sceptiques et attentistes et très exigeants face à des vendeurs qui s’accrochent à leurs positions avec des prix  élevés. En contrepartie, les biens  correctement évalués par rapport au marché de l’immobilier en  France connaissent une réduction du délai de vente. En fait d’après Crédit immobilier de France, la baisse des prix ne serait pas un simple ajustement du  marché mais bel et bien une réelle correction lente et graduelle du marché de l’immobilier qui devrait aussi s’accompagner d’une reprise de confiance.